« J’ai deux équipes qui font semblablement le même travail, pourquoi ne travaillent-t-elles pas de la même manière? »

Que les équipes fonctionnent en kanban ou en Scrum, il est normal que des équipes semblables n’aient pas la même manière de travailler. La raison est essentiellement parce que les gens dans l’équipe ne sont pas les mêmes. Le processus de travail ne définit pas les comportements des gens, c’est plutôt l’inverse. Les compétences, les caractères, les préférences, les relations font en sorte que le processus de travail se plie aux membres de l’équipe. Ce qui rend le cadre Scrum difficile à appliquer, c’est notamment le fait de revoir ensemble notre manière de travailler et de s’ajuster à chacun des membres de l’équipe. Lorsqu’un membre de l’équipe est changé, la dynamique aussi change. Le rétablissement d’une nouvelle dynamique demande un temps d’ajustement. Ainsi, il veut mieux modifier la composition des équipes avec parcimonie. Aussi, l’introduction des méthodes agiles demandent que les gens repensent leur rôle et conversent davantage ensemble, ce qui peut occasionner des conflits. Il faut être prêt à assumer ce risque et laisser le temps de tisser les relations entre les gens. Évidemment, lorsque le travail passe d’une main à l’autre, il est facile de ne pas de sentir responsable du fonctionnement du produit final et même de critiquer le travail des autres. Lorsque l’équipe entière est responsable du produit, les problématiques sont plus facilement soulevées et traitées.

« L’équipe A performe mieux que l’équipe B, est-ce que l’équipe B devrait tendre à suivre le processus de l’équipe A? »
Tout d’abord, il faut savoir de quelle manière vous jugez de la performance des équipes. Est-ce que c’est par la satisfaction des clients? Est-ce que vous regardez les améliorations au processus faites par l’équipe? Il n’est pas évident de juger de la performance des équipes. N’oublions pas que la vélocité n’est pas une mesure de performance. Les équipes ne peuvent pas se comparer entre elle, puisque les points sont relatifs et qu’une vélocité qui descend ne signifie pas que l’équipe produit moins ou est moins performante (une équipe qui ajoute des critères d’acceptation, par exemple, peut diminuer sa vélocité mais augmenter sa qualité).

Toutefois, il est judicieux dans une organisation de partager les meilleures pratiques connues. Donc assurez-vous que les deux équipes puissent converser sur leurs améliorations. Si l’équipe B juge que ce que l’équipe A a mis en place peut être bénéfique pour elle, ils vont pouvoir l’appliquer et vice-versa.